Réduire vos impôts S'informer

Nos grands dossiers

Quels sont les différents types d’impôts français ?

Date de publication : 25 août 2021

La fiscalité en France est complexe et l’une des plus élevées en Europe. Elle se compose de différents impôts, taxes, contributions, cotisations sociales ou encore redevances. Les impôts sont des prestations en numéraire dues par les personnes physiques ou morales et déterminées selon leurs capacités financières. Tout cela en vue de la constitution d’un budget pour les dépenses publiques encadrées par l’Etat. Cet article a pour ambition de vous informer sur les impôts français afin que vous puissiez en comprendre le fonctionnement, et pourquoi pas, optimiser votre fiscalité !

Sommaire

Testez en 2 minutes si vous êtes éligible à des réductions d’impôts Test d’éligibilité

Pourquoi payez-vous des impôts ?

Les impôts sont indispensables à l’État pour fournir un certain nombre de services, parfois gratuitement. On dit souvent que l’union fait la force : pour vos impôts c’est pareil ! La récolte des différents types d’impôts permet au pays d’avoir un budget dédié à plusieurs secteurs que nous utilisons tous quotidiennement. Par exemple, la santé, l’éducation, la culture, le transport ou les infrastructures et équipements collectifs.

Cela a pour objectif principal de réduire les inégalités et de veiller à ce que chacun puisse accéder aux services publics de base. Ceux-ci sont essentiels au bon fonctionnement du pays et au bien-être de sa population.

De plus, cela permet aussi de financer les fonctionnaires, donc d’avoir des administrations performantes (Sécurité sociale, CAF, Pôle Emploi…) qui accompagnent et fournissent des aides sociales aux citoyens.

La répartition des dépenses publiques est votée chaque année au Parlement, à travers des législations comme la loi de finance et la loi de financement de la Sécurité sociale.

Pour avoir une idée plus concrète de la répartition et de l’utilisation des prélèvements obligatoires, voici les principales dépenses publiques pour l’année 2019, pour un budget de 1 000 € :

Source : economie.gouv.fr

Lecture du graphique : Sur un budget de 1 000 € d’argent public, 156 € sont réservés aux dépenses sectorielles qui comprennent les affaires économiques, la culture, l’environnement, les infrastructures, le transport et les équipements collectifs.

La protection sociale est le domaine qui demande le plus d’argent (572 €) afin de financer les allocations suivantes : retraites, santé, famille, chômage, aide au logement, etc.

Pour ce qui est du domaine du régalien, 60 € sont utilisés pour financer la défense, la justice et la sécurité.

En conclusion, le système fiscal français est certes l’un des plus lourds au monde, mais c’est aussi l’un des plus redistributifs.

Identifiez les réductions d'impôts qui correspondent à votre situation Évaluez votre situation

Quels sont les différents types d’impôts en France ?

Expert Impôts vous dresse une liste (non exhaustive) des différents impôts auxquels vous êtes le plus susceptible d’être soumis.

Les impôts sur les revenus

1) L’impôt sur le Revenu (IR)

L’impôt sur le revenu est un impôt auquel sont soumis les particuliers résidant en France et percevant des revenus de source française ou étrangère (selon accords internationaux conclus par la France).

L’impôt sur le revenu est calculé sur la base du revenu net global appliqué à un barème progressif unique.

L’impôt sur le revenu est depuis 2019 prélevé à la source, c’est-à-dire que selon votre déclaration de revenus et votre taux de prélèvement, un montant sera prélevé directement sur votre salaire chaque mois de l’année fiscale.

À savoir : À titre informatif, environ 16 millions de foyers paient l’impôt sur le revenu chaque année. Ce qui correspond à moins d’un foyer fiscal sur deux.

2) L’impôt sur les Sociétés (IS)

L’impôt sur les sociétés est un impôt annuel auquel sont soumises les personnes morales (sociétés ou autres) exploitant en France. C’est-à-dire, les entreprises qui effectuent leur activité commerciale au sein même du territoire français.

L’impôt sur les sociétés est calculé sur la base des bénéfices réalisés par les entreprises qui y sont soumises.

Tout comme l'impôt sur le revenu, l’impôt sur les sociétés fonctionne également grâce à un système de tranches.

À savoir : On distingue deux modes d’imposition sur les sociétés : l’imposition obligatoire et l’imposition optionnelle. L’un ou l’autre est appliqué selon la forme de la société. Par exemple, les SA (sociétés anonymes), SARL (sociétés à responsabilité limitée) et SAS (sociétés par actions simplifiées) sont soumises à l’IS à titre obligatoire. Pour leur part, les EIRL (entrepreneurs individuels à responsabilité limitée) ou les SNC (sociétés en nom collectif) sont soumis à l’IS à titre optionnel.

Testez en 2 minutes si vous êtes éligible à des réductions d’impôts Test d’éligibilité

Les impôts relatifs à la consommation et aux investissements

La Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA)

La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) s’applique sur la consommation de biens et de services en France. Le consommateur s’en acquitte lorsqu’il achète un produit ou une prestation de services.

Cette taxe prend la forme de plusieurs taux :

La fiscalité du patrimoine

1) Les droits d’enregistrement

Les droits d’enregistrement sont collectés lorsqu’un acte juridique est soumis à l’enregistrement. L’enregistrement est à la base une formalité consistant à faire analyser l’acte juridique à un fonctionnaire public qui se chargera aussi de collecter les droits d’enregistrement. Désormais, les modalités de paiement des droits d’enregistrement sont multiples : pendant l’enregistrement, en ligne ou même en paiement différé.

Les droits d'enregistrement concernent des actes comme les procédures de succession lors d’un décès ou encore la vente de biens immobiliers.

2) L’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI)

L’impôt sur la fortune immobilière a remplacé l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) en 2018. C’est un impôt progressif auquel les contribuables sont soumis lorsqu’ils détiennent un patrimoine immobilier net taxable supérieur à 1,3 million d’euros.

L’IFI se calcule sur la base du patrimoine immobilier net taxable d’un contribuable appliqué à un barème progressif.

La fiscalité locale

La taxe foncière

La taxe foncière est en effet un impôt local auquel sont soumis tous les propriétaires d’un bien immobilier localisé en France.

La taxe foncière prend en compte dans son calcul la valeur cadastrale de votre bien ainsi que le taux d’imposition voté par les collectivités locales . La localisation géographique de votre bien joue donc un grand rôle dans le montant de sa taxe foncière.

Pour rappel, on distingue la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) et la taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) . Vous serez donc concerné par l’une ou l’autre de ces taxes selon que votre bien soit bâti ou non.

La taxe d’habitation

Voici un autre impôt local qui concerne les biens immobiliers : la taxe d’habitation. Elle s’applique aussi bien sur la résidence principale que sur les dépendances et résidences secondaires.

La taxe d’habitation est calculée en prenant en compte la situation personnelle d’un contribuable (ses revenus, son foyer fiscal), et la valeur cadastrale du logement pour lequel s’applique l’imposition.

Néanmoins, la taxe d’habitation sur les résidences principales (THRP) est progressivement supprimée depuis 2018. Elle devrait définitivement disparaître pour tous les foyers français d’ici 2023.

Être accompagné(e) gratuitement pour réduire mes impôts Test d’éligibilité

Quelles sont les principales recettes fiscales de l’État ?

On peut définir les recettes fiscales comme étant la source de revenus principale de l’État puisqu’elles représentent plus de 95% des recettes totales. En effet, les recettes non-fiscales ne représentent, quant à elles, que moins de 5% des recettes totales de l’État.

Voici un graphique représentant les recettes fiscales brutes pour l’année 2020 :

Source : insee.fr

Lecture du graphique : En 2020, la TVA représentait la part la plus importante des recettes fiscales, soit 43,9%. L’impôt sur le revenu correspondait pour sa part à 23,9% des recettes fiscales en 2020. L’impôt sur les sociétés rapportait 14,9% des recettes fiscales de l’État. Quant aux autres recettes fiscales, elles représentaient 17,3% des recettes fiscales de l’État en 2020.

Quelle est la différence entre impôts directs et indirects ?

À titre d’information, il est possible de classer les différents impôts ci-dessous en deux catégories distinctes : les impôts directs et les impôts indirects. La distinction entre ces deux types d’impôts se fait en fonction de leur mode de recouvrement. Une telle distinction permet de mieux comprendre comment l’impôt est collecté et quelles formes il peut prendre.

Ainsi, un impôt est considéré comme direct lorsqu’il est directement payé par le contribuable concerné au Trésor public, sans intermédiaire. C'est-à-dire lorsque le contribuable est aussi le redevable de l’impôt : il supporte et effectue le versement du montant dû. À l’inverse, l’impôt indirect est un impôt qui est supporté par un contribuable mais versé par une autre personne ou entité.

Dans la catégorie des impôts directs, on peut citer :

La TVA est l’exemple le plus connu parmi les impôts indirects. Ce sont en effet les consommateurs qui supportent cette taxe. Néanmoins, la TVA est reversée à l'administration fiscale par le biais des commerçants.

À savoir : Il peut aussi être pertinent de distinguer la fiscalité nationale de la fiscalité locale. En effet, les collectivités locales disposent d’une certaine autonomie et sont à même de collecter et redistribuer directement certains impôts au sein des services publics qu’elles comportent. On parle notamment de la taxe d’habitation ou encore de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM) par exemple.

Identifiez les réductions d'impôts qui correspondent à votre situation Évaluez votre situation

Paiement des impôts : les échéances

Septembre 2021 :

15 septembre 2021

Impôt sur la fortune immobilière (IFI) : C’est la date limite pour le paiement de l’IFI, si vous n’optez pas pour un paiement dématérialisé.

20 septembre 2021

Impôt sur le revenu (IR) : Si vous choisissez de payer votre impôt sur le revenu en ligne, vous avez jusqu’au 20 septembre 2021 pour le faire. Ce n’est que le 27 septembre que la somme sera prélevée. Celle-ci sera prélevée entièrement si son montant est inférieur à 300 €. Pour un montant d’impôt sur le revenu supérieur à 300 €, la somme sera prélevée en 4 fois de septembre à décembre.

Impôt sur la fortune immobilière (IFI) : Échéance si vous avez opté pour un paiement en ligne.

Octobre 2021 :

15 octobre 2021

Taxe foncière : C’est la date limite de paiement de la taxe foncière, pour un paiement non dématérialisé.

20 octobre 2021

Taxe foncière : Date limite dans le cas d’un paiement en ligne. Le prélèvement sera effectué à partir du 25 octobre.

25 octobre 2021

Impôt sur le revenu (IR) : 2ème prélèvement, pour un montant d’impôt sur le revenu supérieur à 300 €.

Novembre 2021 :

15 novembre 2021

Taxe d’habitation et contribution à l’audiovisuel public : Vous avez jusqu’à cette date pour vous acquitter de la taxe d’habitation de votre résidence principale et de la redevance télé si votre mode de paiement est non dématérialisé.

20 novembre 2021

Taxe d’habitation et contribution à l’audiovisuel public : l’échéance est repoussée à cette date, pour un paiement via internet. Le prélèvement aura lieu à partir du 25 novembre.

25 novembre 2021

Impôt sur le revenu (IR) : 3ème prélèvement, pour un montant restant d’impôt sur le revenu supérieur à 300 €.

Décembre 2021 :

15 décembre 2021

Taxe sur les logements vacants : Si vous êtes soumis à cette taxe, vous avez jusqu’à cette date pour vous en acquitter si vous n’utilisez pas un mode de paiement dématérialisé.

Taxe d’habitation et contribution à l’audiovisuel public (résidences secondaires) : Vous avez jusqu’au 15 décembre également pour vous acquitter de ces taxes si vous optez pour un paiement non dématérialisé.

20 décembre 2021

Taxe sur les logements vacants : Vous avez par contre jusqu’au 20 décembre pour la payer en ligne. Le prélèvement s'opérera à partir du 27 décembre.

Taxe d’habitation et contribution à l’audiovisuel public (résidences secondaires) : Pour un paiement dématérialisé : la date limite est le 20 décembre. Vous serez prélevé de ce montant à partir du 27 décembre.

27 décembre

Impôt sur le revenu (IR) : 4ème et dernier prélèvement le pour un montant d’impôt sur le revenu supérieur à 300 €.

Être accompagné(e) gratuitement par un expert Réduire mes impôts

Cela peut aussi vous intéresser

Pour aller plus loin